Sept points de réflexion sur les données


ANALYSER LE CUMUL DES DÉCÈS JOURNALIERS. Le comptage journalier des décès par COVID-19, nombre et cumul, permet de suivre la tendance et le rythme de l’épidémie (ralentissement, accélération, plateau, pic, creux). Les exercices de mise en perspective temporelle ou internationale doivent être conduits avec prudence : les données publiées dans chaque pays sont issues de dispositifs de collecte spécifiques.

METTRE À DISPOSITION DES DONNÉES DOCUMENTÉES. L’objectif du site de l’INED sur la mortalité par COVID-19 est de rediffuser les données publiées par différents pays (par sexe et âge). Les données de ce site sont enrichies par des informations détaillées sur leurs sources (métadonnées).

ÉCLAIRER LE POTENTIEL ET LES LIMITES DES DONNÉES.  L’objectif du site de l’INED est aussi de mettre en valeur le potentiel, tout en attirant l’attention sur leurs spécificités, leurs différences, et les écueils à éviter lors de leur utilisation. A partir de ces données et des métadonnées, nous illustrons ici sept points  de réflexion, essentiels à l’analyse de ces données.

1. SURVENUE, ENREGISTREMENT, PUBLICATION DES DÉCÈS :
La publication d’un décès par les agences de surveillance sanitaire n’est pas immédiate
. Les systèmes de plateformes électroniques accélèrent la publication mais ne sont pas toujours généralisés. À quels décès correspond alors le total cumulé des décès annoncé quotidiennement ? Ni totalement, ni seulement aux décès du jour...
Suite

2. DÉCÈS A L’HÔPITAL, EN INSTITUTIONS, À DOMICILE :
La part des décès à l’hôpital, à domicile, en établissement pour personnes âgées varie d’un pays à l’autre ; les remontées des décès peuvent varier selon les lieux de décès. Certains décomptes se limitant à l’information issue d’un canal principal. Dès lors, quelle est la couverture réelle des décès annoncés ? Totale, partielle, représentative, sélectionnée...

Suite

3. DÉCÈS PAR COVID-19 OU PAR UNE AUTRE CAUSE :
La cause du décès peut être attribuée au COVID-19 à la suite de différents tests biologiques, d’un diagnostic clinique, ou si l’infection est mentionnée sur le certificat de décès… D’un pays à l’autre, le décompte des décès par COVID-19 est établi sur des critères différents d’identification de la cause : COVID confirmé, supposé, indirectement lié au COVID...
Suite

4. DATER LE DÉBUT DE L’ÉPIDÉMIE
La pandémie n’ayant pas touché les pays au même moment, une des premières recommandations est d’aligner les courbes sur des dates correspondant au début de l’épidémie ; comment établir cette date ? On peut s’appuyer sur le cumul de décès COVID, en attendant un nombre critique de décès.
Suite

 

5. AMPLEUR ET DYNAMIQUE :
Les données journalières de mortalité par COVID-19 aident à comprendre les dynamiques
: à court terme pour agir et à plus long terme pour prévenir et organiser : on y voit des étapes similaires d’un pays à l’autre, mais aussi des spécificités. Il faut pouvoir évaluer ce qui relève des différences liées aux données et à leur représentativité (couverture) et ce qui relève des différences structurelles et organisationnelles.

Suite

6. LES PAYS ET/OU LEURS RÉGIONS FACE A L’ÉPIDÉMIE :
La taille variable des populations
a sans aucun doute un impact sur le nombre de décès : mais ce n’est pas l’ensemble de la population d’un pays qui a été soumise au risque. La pandémie agit par foyers comme les incendies ; les mesures barrières permettant d’en contenir la propagation, induisent une variation de l’exposition des populations au sein des pays. Cette question est essentielle pour qui souhaite estimer les risques de mortalité et de létalité.

Suite

7. TENIR COMPTE DES DISPARITÉS SELON L’ÂGE ET LE SEXE :
Compte tenu de la vulnérabilité des plus âgés à ce virus, la structure par âge des populations des différents pays joue un rôle déterminant sur les nombres de décès. Les différences de couverture des remontées des décès par sexe et âge doivent être prises en considération lors des analyses. Les décès par covid-19 se concentrent aux grands âges et concernent plus les hommes que les femmes. Mais on constate des différences entre pays.
Suite