2. Décès à l’hôpital, dans les institutions, à domicile

COLLECTE DES DONNÉES SELON LE LIEU DE DÉCÈS. La part des décès survenus à l’hôpital, à domicile, en établissement pour personnes âgées varie d’un pays à l’autre, selon l’organisation nationale des soins et des modes de résidence. Les décès surviennent à l’hôpital, à domicile ou en institutions [1] : par exemple en France, un peu plus d’un quart de l’ensemble des décès d’une année survient à domicile, 60% à l’hôpital et 14% en institutions pour personnes âgées. Le système de décompte des décès peut varier selon ces lieux de décès.

Certains décomptes ne sont pas immédiatement disponibles. En France, seule la remontée des décès à l’hôpital est possible quotidiennement depuis 2015. Au début de l’épidémie et, jusqu’au 5 avril, le cumul journalier des décès par COVID-19 ne concernait que les décès en milieu hospitalier. Notons qu’une partie des résidents des institutions décède à l’hôpital ; ces décès hospitaliers étaient donc comptabilisés. Ensuite, un système a été mis en place pour obtenir la mortalité quotidienne en institution (remontée partielle au départ). Les décès à domicile ne sont pas encore comptabilisés.

 

On peut ainsi dorénavant :

  1. mieux estimer le total des décès par COVID-19
  2. distinguer parmi les décès hospitaliers ceux qui concernent les résidents des institutions.


1. La correction en France par l’annonce des décès en institutions relève significativement l’impact de l’épidémie en termes de décès
, ajoutant au 21 avril presque 7900 décès en établissements aux 12 900 décès hospitaliers cumulés et rapprochant le bilan français de ceux de l’Espagne et de l’Italie (Figure 2.1). Pour autant, la dynamique semble similaire, avec un plateau dans le nombre quotidien de décès en institutions et à l’hôpital, au cours du mois d’avril, si l’on fait exception des fluctuations probablement liées au rattrapage des remontées des déclarations plus marqué pour les institutions. C’est le cas après les week-ends et jours fériés (ex. lundi de Pâques 13/04).

Figure 2.1 Nombres et cumuls journaliers des décès hospitaliers et en institutions en France. 

Données et métadonnées. Source : SpF

 

2. Au 15 avril, 61% de décès COVID-19 surviennent à l’hôpital et 39% en institutions d’hébergement médico-sociales [2]. En ajoutant la part des décès en institution et des décès hospitaliers qui concernent les résidents des institutions (Figure 2.2), ce sont au total 51% des personnes décédées par COVID-19 qui sont résidents de ces institutions (39% survenus dans l’établissement et 12% à l’hôpital). Il apparaît donc crucial de pouvoir mieux qualifier la mortalité dans les institutions notamment celles hébergeant des personnes âgées.


QUELLE EST LA COUVERTURE DES DONNÉES ? Au delà de la question du lieu du décès en établissement, à l’hôpital et à domicile, se pose la question de la couverture des remontées des décès dans chacun de ces lieux. Cela tient aux dispositifs de collecte de données mobilisés pour ces remontées rapides d’information. Ce sont parfois les dispositifs d’enregistrement électronique qui alimentent presque en temps réel les données nationales : mais ce type de système couvre-t-il l’ensemble des structures, quelle que soit leur taille, leur implantation géographique, leur nature privée ou publique ?

À ce stade, il est difficile de savoir si les chiffres annoncés dans les différents pays sont exhaustifs, partiels, représentatifs ou non des décès par COVID-19.

En France, les décès hospitaliers sont exhaustifs, ceux en institutions sont ceux signalés dans la plateforme, moins instantanément. En Espagne, la stratification des décès dus au COVID-19 par âge et par sexe est partielle pour l’instant : le 23 avril, cette information détaillée n’est disponible que pour 13 105 décès sur un total de 22 524 décès (MSCBS) [3]. En Italie et en Allemagne, les statistiques publiées couvrent, en principe, l’ensemble des lieux de décès ; le degré d’exhaustivité des remontées n’est pas précisé. Au fil de la pandémie, différents dispositifs sont mobilisés pour compléter au mieux les remontées quotidiennes.

  Figure 2.2. Cumuls des décès COVID-19 hospitaliers et en institutions dans la population résidant ou non en institution.


Données et métadonnées. Source : SpF